CES GARÇONS QUI VENAIENT DU BRÉSIL | Ira LEVIN

Romancier et scénariste renommé, Ira LEVIN aborde un sujet souvent traité, celui de la diaspora nazie réfugiée en Amérique du Sud qui rêve de restaurer le IIIe Reich allemand.

Ecrit il y a presque 50 ans, le roman confronte deux figures classiques, celle du bourreau d’Auschwitz, le docteur Josef Mengele et celle d’un « chasseur de Nazis », en écho à l’emblématique Simon Wiesenthal. 

A la fois thriller et enquête policière, l’œuvre de I. LEVIN s’appuie sur l’un des fantasmes récurrents de l’époque, le clonage. En effet, même si la vérité n’est révélée qu’au dernier tiers du récit, le lecteur comprend bien avant que les 94 enfants identiques créés par le Dr Mengele ne pouvaient qu’être issus de la reproduction mononucléïque. 

Sans atteindre la notoriété de certaines de ses œuvres ( « Un bébé pour Rosemary » ou « Un bonheur insoutenable ») ce roman illustre aussi la capacité de l’auteur à parcourir, avec brio, l’ensemble des genres littéraires. L’œuvre a, par ailleurs, fait l’objet d’un film en 1978.

L’ARGUMENT

La découverte fortuite d’un projet d’assassinat fomenté par d’anciens nazis contre 94 pères de famille, fonctionnaires ou assimilés, nés entre 1908 et 1912, et mariés à des femmes plus jeunes, nées entre 1931 et 1935, laisse d’abord perplexe Yakov Liebermann, célèbre « chasseur de Nazis ».

L'édition de référence est celle de 1979 publiée chez « J'ai Lu » n° 906.

Lorsque celui-ci a identifié l’homme à l’origine du complot, son ennemi redoutable, Josef Mengele, il se rappelle les travaux de ce dernier sur la gémellité. La découverte, dans un premier temps, de six jumeaux parfaits confirme l’hypothèse d’un plan de création d’une pépinière de clones obtenus avec l’ADN d’Hitler et élevés dans des conditions de vie identiques à celles qu’a connu le dictateur, en particulier la disparition du père avant les 14 ans du jeune Adolf. Pour maintenir la même influence du contexte familial, il est donc indispensable de faire disparaître les 94 pères !

Ce programme dément sera découvert et stoppé pat Y. Liebermann, mais que deviendront les clones d’Hitler survivants ?  

L’ENQUETE

Yakov Liebermann est contacté par un journaliste qui a obtenu l’enregistrement des conversations tenues lors d’un repas organisé par d’anciens nazis autour d’un chef incontesté qui se révèle être Josef Mengele, le docteur nazi de sinistre mémoire.

Le plan consiste à éliminer 94 pères de famille dans un ensemble de pays. L’enquête peut alors se mettre en place et suivre les tueurs dans leurs démarches. En contre-point, on assiste aux efforts de Mengele pour atteindre son but dans son repère de la jungle amazonienne.

L’intrigue fournit peu à eu les éléments nécessaires, de la révélation de la présence d’un enfant adopté dans chaque famille, à l’utilisation de fichiers d’adoption pour sélectionner les structures familiales adéquates et à la découverte d’enfants rigoureusement identiques.

Un professeur de biologie confirme les soupçons de Liebermann :

« L’enfant, quand il est né, n’a ni père ni mère. Seulement un donneur, celui qui a fourni le noyau dont il est l’exacte réplique génétique. Ses chromosomes et ses gènes sont les mêmes que ceux du donneur. Au lieu d’un nouvel individu unique, nous avons la répétition d’un autre qui existe déjà. » (p 194)

Dans le cas présent et afin que « l’acquis » ne détruise pas « l’inné », l’environnement social et affectif doit être semblable à celui du donneur puisque le but ultime est bien sûr de créer un nouveau « Fuhrer ». 

La confrontation entre le médecin nazi et l’enquêteur juif est alors inévitable. Elle aura lieu chez l’une des victimes et fournira l’occasion à l’auteur de rédiger quelques scènes d’action mémorables. 

Y. Liebermann est blessé mais curieusement le clone de A. Hitler, âgé de 13 ans, le sauve en livrant Mengele aux chiens du domaine quand il apprend la vérité sur ses origines. Liebermann est sauvé mais ne dit rien sur l’identité réelle du médecin ni sur celle des 94 clones. 

Le roman se clôt sur un débat moral classique. Les activistes juifs jugent indispensable de liquider les clones, le « chasseur de Nazis », au contraire, considère que l’on ne peut tuer des enfants, même issus de l’ADN d’Hitler, car rien ne dit que les trois conditions d’apparition d’un nouveau nazisme soient réunies,

« Il faut trois choses : un Hitler, les conditions sociales… et les gens pour suivre un Hitler… » (p 277)

CONCLUSION

Ira LEVIN se révèle plutôt optimiste, même si les deux dernières pages laissent planer un doute. En effet, le clone qui a donné l’ordre aux chiens de dévorer Mengele semble imaginer avec délices de grandes manifestations d’adoration d’un chef, homme exceptionnel, 

« un peu comme dans ces vieux films de Hitler » (p 282, phrase ultime)

La dystopie d’Ira LEVIN est davantage centrée sur le nazisme et sa résurgence que sur le clonage, mais les deux thèmes sont parfois liés. Ainsi, récemment, François SAINTONGE crée lui aussi un clone d’Hitler dans son roman « Dolfi et Marilyn » (2013). Certes le traitement qu’il privilégie est en apparence plus léger, mais l’ombre d’un néo-nazisme toujours menaçant y est bien présent, comme il l’était déjà dans le thriller de Ira LEVIN.

 Le « devoir de mémoire » peut aussi prendre la forme de dystopies littéraires.

ADAPTATIONS

Film

Le roman a été adapté en 1978 sous le titre de Ces garçons qui venaient du Brésil (titre original : The Boys from Brazil). Production britannico-américain, le film est réalisé par Franklin J. Schaffner.

La distribution est prestigieuse : Gregory Peck, Laurence Olivier, James Mason et Lilli Palmer

Autres livres chroniqués dans la même rubrique thématique

AUPRES DE MOI TOUJOURS | Kazuo ISHIGURO

Roman d'éducation, l’œuvre de Kazuo ISHIGURO décrit l'enfance, dans une institution anglaise prestigieuse, de trois élèves : Kath la narratrice, Ruth et Tommy ses amis.

Lire