5 | Flux migratoires et guerre des civilisations

La peur de l’autre et le refus de l’invasion de l’Occident par des hordes de barbares ont été soulignés dès 1973 par un texte majeur et sulfureux de Jean Raspail. Celui-ci en fait un récit halluciné dans « Le camp des saints », le livre culte des xénophobes contemporains. Il faut remarquer que les thèses qui y sont défendues seraient aujourd’hui condamnées par la justice.

Par ailleurs aux Etats-Unis, des textes souvent insupportables de racisme exacerbé sont régulièrement réédités dans la mouvance survivaliste de défense de l’identité « blanche ».

Depuis, quelques auteurs ont pris le contre pied de ces romans réactionnaires. Philippe Roth en donne un exemple dans son uchronie dystopique « Le complot contre l’Amérique », comme le fait également l’auteur français de SF, J-P Andrevon.

Mais certains messages peuvent aussi être plus ambigus. C. Priest dans « Notre ile sombre » n’est pas loin de J. Raspail, quoiqu’il en dise. Léonora Miano, dans son exercice d’inversion symétrique des dominations, n’échappe pas à un certain refus de l’universalisme.

Le thème migratoire devrait nourrir la littérature dystopique dans l’avenir mais il n’est pas toujours facile de proposer des œuvres de fiction lorsque la réalité se fait pesante : intensification des déplacements de population partout sur la planète, terrorisme importé depuis les zones de conflit, volonté d’imposer des normes civilisationnelles ou religieuses.

Il faut reconnaitre toutefois que Denis Lachaud est parvenu dans « Les météques » à donner une réalité indiscutable aux dérives politiques françaises lorsque celles-ci veulent défendre la préservation d’une seule identité nationale fantasmée.

Livres chroniqués dans cette rubrique thématique

Par ordre de publication

LES MÉTÈQUES | Denis LACHAUD

Dans cette dystopie politique d'un avenir proche, la région Provence est dominée par des forces réactionnaires qui appliquent le principe de la priorité nationale. Gare à ceux qui ne peuvent prouver la « pureté » de leurs origines, malheur à...

Lire

ROUGE IMPERATRICE | Leonora MIANO

La romancière franco-camerounaise, Leonora MIANO, offre dans ce très long feuilleton, plus de 600 pages, une vision panafricaine originale et puissante. Roman de l’inversion du monde, ROUGE IMPERATRICE concrétise l’espoir d’une revanche, tant attendue, sur les humiliations du passé .

Lire

SUKRAN | Jean-Pierre ANDREVON

Petit thriller sympathique, à vision géopolitique prémonitoire, ŠUKRAN, « merci » en langue arabe, est révélateur du style imagé et souvent humoristique de l’auteur ainsi que de son engagement écologiste et pacifiste, anti-raciste et quelque peu anarchiste. Grand Prix de...

Lire

NOTRE ILE SOMBRE | Christopher PRIEST

Roman sur l'invasion de la vieille Europe par les hordes migratoires venues d'Afrique, la dystopie de l'anglais Christopher PRIEST rejoue la chute de l'empire romain envahi par les Barbares en mettant en scène l'effondrement du Royaume britannique vaincu par ses...

Lire