L'AGE DE CRISTAL | William F. NOLAN et George C. JOHNSON

La version de référence utilisée est celle des « Nouveaux Millénaires »(Editions J'ai Lu, 2019)

Roman mineur au grand succès, « L’âge de cristal » aborde le thème de la surpopulation sur une planète totalement connectée par des tunnels (« le Dédale ») et gérée par un ordinateur central (« le Penseur »).
L’option choisie est radicale et s’éloigne de celles, plus classiques, choisies en général par la littérature d’anticipation.
Pas de régulation, voire d’interdiction des naissances, pas d’élimination du surnombre, mais une limitation drastique par l’âge (ici 21 ans), sur fond de lutte entre les générations.
Toutefois la structure du récit est peu novatrice et reprend les formules usuelles : l’un de ceux qui doit faire respecter la règle entre en rébellion quand celle-ci s’applique à lui même.
En résumé, il ne s’agit pas d’une grande dystopie mais d’une œuvre emblématique qui a inspiré un certain nombre d’auteurs, en particulier dans la littérature Jeunesse.

Le roman original date de 1967. La version de référence utilisée est celle des « Nouveaux Millénaires »(Editions J’ai Lu, 2019) qui intègre une suite (« Retour à l’âge de cristal »), rédigée par F. Nolan seul en 1977.
Un film a été tiré du roman dès 1976, ainsi qu’une série TV l’année suivante (14 épisodes diffusés sur CBS sur la période 1977-1978).

LE CONTEXTE

La rébellion de la jeunesse (« la Petite Guerre ») débute à Washington en l’an 2000.
Les jeunes refusent les règles imposées par les gouvernants pour enrayer la surpopulation. Un « leader » de 16 ans prend la tête de l’insurrection et propage ses idées de pays en pays. Celles-ci conquièrent le monde.
Cinq ans plus tard, il inaugure le nouveau système et accepte la mort (« le Sommeil » ).
Tous les citoyens âgés de plus de 21 ans sont exécutés et un ordinateur central prend en charge l’administration de la planète et la mise en place de la limitation par l’âge de la population.

« Advint l’ère du gouvernement par ordinateur. Avec le nouveau Système fut imposée la limite d’âge, et les premières unités de Limiers firent leur apparition. En 2072, le monde entier était devenu jeune. » (p 142) 

Les enfants sont élevés en crèche jusqu’à l’âge de 7ans. L’adolescence se poursuit de 7 à 14 ans. L’âge adulte conclut la vie de 14 à 21 ans. Cette évolution est formalisée par un « cristal » enchâssé dans la paume droite à la naissance.

D’abord jaune, le cristal passe au bleu pour finir au rouge. A l’approche de l’âge fatidique de 21 ans, il clignote et devient noir anthracite.

Le « Sommeil », c’est à dire la mort, s’impose alors pour ceux qui ont atteint cet âge.

Mais bien sûr certains refusent la norme. Devenus fugitifs, rejetés par l’immense majorité, ils sont pourchassés par un corps d’élite, les « limiers ». Ceux-ci, dotés d’armes efficaces, doivent les éliminer.

Selon le schéma habituel utilisé par ce genre dystopique, Logan, limier parvenu à son « crépuscule » (21 ans), refuse la fin inéluctable et, dans les 24 heures qui lui restent avant l’extinction de son cristal, recherche l’issue mythique évoquée par tous les rebelles, le « Sanctuaire ». Ce lieu, peut-être fantasmé, où l’on peut vieillir.

Le roman suit cette « traque » en plusieurs épisodes qui permettent aux auteurs de faire la preuve de leur imagination.

Cette chasse à l’homme est à la fois « l’odyssée » du héros et ses « travaux d’Hercule ».

L’INTRIGUE

Le roman est centré sur Logan, le limier.

On assiste à sa quête d’un fugitif avant qu’il en devienne un lui-même. Le dernier rebelle lui ayant donné , avant de mourir, une « clef » qui doit le guider vers la liberté, le limier prend la fuite et se lance à la recherche du « Sanctuaire ».

Il est  d’abord dirigé vers une Cité sous-marine presque détruite, chargée de produire les protéines nécessaires à l’alimentation de la population. Il est accompagné par une jeune femme, Jess, qui poursuit le même but.

Ensuite le couple est envoyé vers « l’Enfer », désert de glace où Logan fait montre de toutes ses capacités de combattant. Ils échappent à un artiste fou (sculpteur sur glace) et se retrouvent dans le Dakota.

Perdus dans les grottes où est caché le Grand Ordinateur, ils arrivent à en sortir et aboutissent dans une plaine aride, à la merci des « gitans du plaisir ».Après des scènes très sadomasochistes et de furieux combats aériens, Logan sort une fois de plus vainqueur des affrontements après avoir sauvé Jess.

Toujours poursuivis par les limiers, le héros et sa compagne se retrouvent dans une « crèche industrielle » où sont élevés, par de nombreux androïdes,  les enfants de moins de 7 ans.

La fuite se poursuit ainsi, de scènes mémorables en morceaux de bravoure, avec toujours la même conclusion, le super-héros en réchappe à chaque fois.

Enfin, le couple arrive au bout de sa quête. Le Sanctuaire se révèle être la station spatiale Argos abandonnée près de Mars.

Logan et Jess embarquent dans une fusée et s’envolent pour rejoindre la colonie des réfractaires.

Cela annonce, en quelque sorte, la fin prochaine du « Monde de Cristal » car le « système agonise » (p169).

CONCLUSION

Roman plus célèbre par ses adaptations que par son récit propre, « L’âge de cristal » n’est pas toujours très crédible.

Les jeunes n’agissent pas comme des adolescents mais comme des adultes.

L’artificialisation du monde n’est pas dépeinte. 

A part les « crèches industrielles », on ne sait rien des modes de vie, des conduites alimentaires, des parcours de formation, des occupations et des loisirs des milliards d’habitants sur le globe.

Les auteurs se contentent de proposer quelques univers remarquables, certains très réussis, auxquels s’affronte le couple de héros.

Mais ces séquences répétitives ne font guère avancer l’intrigue. Par contre, elles offrent peut être matière à de bons épisodes pour une série télévisuelle…

Certes, l’idée centrale, la limitation par l’âge de la surpopulation, apporte sa force au contexte dystopique du roman, mais elle est peu approfondie  au profit d’un récit d’aventures relativement convenu.  

ADAPTATIONS

Film

Adaption au cinéma en 1976 par Michael Anderson sous le titre original Logan’s Run .

Scénario de David Zelag Goodman d’après le roman éponyme. Production américaine.

Avec Michael York, Jenny Argutter. Richard Jordan ainsi que Peter Ustinov et Farrah Fawcett-Majors dans des rôles secondaires.

Il faut noter plusieurs différences avec le roman, la plus évidente étant que l’âge fatidique est de 30 ans dans le film contre 21 dans le roman. Le film est également moins sombre, certains l’ont classé comme « kitch » et enfin une fin plus optimiste complète les différences. 

Série

Série télévisée américaine en un pilote de 70 minutes et 13 épisodes de 47 minutes, créée par William F. Nolan et George Clayton Johnson d’après leur roman du même nom et diffusée entre le 16 septembre 1977 et le 6 février 1978 sur le réseau CBS

Production Goff-Roberts-Steiner en association avec MGM Television (1977/1978)

Avec Gregory Harrison, Heather Menzies, Donald Moffat, Radny Powell

En l’an 2319 , deux cents ans après qu’un holocauste nucléaire a dévasté le monde, ce qu’il reste de la population a été confiné dans une Cité hermétique fermée par un dôme et isolé du monde extérieur. Personne ne peut vivre au-delà de son 30e anniversaire, au cours duquel chacun doit tendre vers la renaissance par le mystique rituel flamboyant du Carrousel.

Le roman a également été adapté en Comics

Marvel Comics : Logan’s Run est une série de comic books adaptant le film de 1976 en sept volumes. Publié en France dans la revue petit format Eclipso des éditions Arédit/Artima en 1978.

Adventure Comics : Logan’s Run (adaptation du premier roman) .  Logan’s World (adaption du deuxième roman).

Bluewater : Logan’s Run Last Day, Logan’s Run Aftermath, Logan’s Run Last Days #0, Logan’s Run: Rebirth,  Logan’s Run Black Flower.

Autres livres chroniqués dans la même rubrique thématique

LE GRAND DECRET | Max EHRLICH

Devant la pression démographique, la disparition des ressources alimentaires, les conflits inévitables, un Gouvernement Mondial a unifié la planète. Les décisions sont transmises et imposées au peuple par des satellites...

Lire

LE TRAVAIL DU FURET | Jean-Pierre ANDREVON

Ecrit à la première personne, à la fois thriller, anticipation, dystopie, le récit explore l'un des thèmes récurrents des sociétés modernes : comment réduire les excès démographiques et maintenir la population...

Lire

SOLEIL VERT | Harry HARRISON

Le monde du futur proposé il y a plus de cinquante ans, est aujourd'hui proche de celui que subissent les populations de nombreuses mégalopoles d'Asie ou d'Afrique. Roman prémonitoire sur...

Lire

FOETUS PARTY | Pierre PELOT

Le lecteur de « Fœtus Party » est perdu dans le labyrinthe du récit comme semblent l'être les protagonistes du récit. Il lui faudra attendre la fin du roman, dix...

Lire

LES MONADES URBAINES | Robert SILVERBERG

Publié dès 1971, le roman de Robert SILVERBERG est l'un des plus remarquables ouvrages, classé dans la science-fiction, qui traite de la surpopulation. Le panorama urbain archétypal qu'il propose inspirera...

Lire