RÉSISTANCE 2050 | Amanda STHERS et Aurélie JEAN

Edition de référence, Éditions de l'Observatoire, 2023.

Dystopie écrite à quatre mains, celles d’une écrivaine chevronnée et d’une scientifique spécialiste des algorithmes, le roman est ambitieux.
Le thème est très actuel. La majorité des individus a en effet choisi de s’équiper d’une « puce cérébrale » qui apporte performances et santé, qui supprime la douleur et anesthésie les angoisses.
Face à ce bonheur imposé, certains résistent et défendent la spécificité et la complexité de la nature humaine.
Le débat adopte un tour classique, sécurité et sérénité contre vérité et passion. Depuis « le meilleur des mondes » (Aldous Huxley), la problématique nourrit nombre de récits. Toutefois la dimension « transhumaniste » du texte modernise nettement la thématique, même si l’issue choisie laisse le lecteur sur sa faim, comme si aucune solution n’était envisageable.

L’édition de référence est celle de la version originale publiée aux Éditions de l’Observatoire en 2023.

LE CONTEXTE

En 2050, l’implant cérébral a été majoritairement adopté.
En France , seuls le sud du pays, la Bretagne et quelques zones isolées ont renoncé à un dispositif paré de tous les avantages:
  – augmentation des capacités intellectuelles,
  – prévention des maladies dont Alzheimer
  – disparition de la douleur,
  – équilibre mental et émotionnel,
  -apprentissage et information sans efforts,
  – sentiment de bonheur.

De plus, la connexion permet d’être averti de tout ce qu’il faut connaître. La connaissance des langues et l’acquisition des savoirs sont immédiates.
Concrètement, l’école n’existe plus…

Bien sûr, les « équipés » (dotés de la puce) sont guidés dans leur consommation et leurs réactions. Ils deviennent d’ailleurs éco-responsables, évitent l’alimentation carné, trient les déchets, adoptent un mode vestimentaire minimaliste et économe. Ces citoyens modèles ne voyagent plus sinon de façon virtuelle. Cette pratique s’étend aussi aux relations sexuelles.

« C’est la puce elle-même qui alertait sur un besoin de repos, comme on prévient qu’un ordinateur est en surchauffe.(…) Il était possible de choisir une destination, en sentir les parfums, en écouter la langue et la comprendre ou pas selon l’émotion qu’on voulait faire naître en nous. On pouvait programmer une aventure d’un soir, sentir des mains sur sa peau, ressentir un orgasme et reprendre conscience chez soi rassasié, reposé, repu. La puce évitait la fatigue des déplacements, annulait la trace carbone et la propagation possible des virus. ». (p 93)

Plus généralement, les » équipés » échappent aux croyances religieuses, spirituelles, ésotériques. Les lieux de culte sont transformés en site de méditation.

Face à cette déshumanisation, à cette robotisation, certains (9 % de la population) refusent l’avènement d’un contrôle technologique des existences.
L’épicentre de la rébellion se situe à Marseille, sous la direction d’un triumvirat inspiré de la Rome antique: un activiste écologiste, une figure des « quartiers », une chorégraphe chargée des relations internationales.
Dans le monde, les pays musulmans résistent comme le Vatican et l’Italie ou encore l’Inde.
Cependant, la puce règne dans la plus grande partie du globe.

L’INTRIGUE

Les tensions entre les deux parties de la France, sont incarnées par deux femmes, Chloé, prix Nobel, qui a créé, avec son mari, également prix Nobel, la puce cérébrale et Oona, artiste et chorégraphe, à la tête des populations réfractaires du Sud.
Mais les deux héroïnes se connaissent et se sont aimées autrefois…
L’opposition entre les deux visions du monde est radicale même si Chloé doute un peu de ses choix et si Oona est parfois lasse de son combat.
Le mari de Chloé est proche du pouvoir et accepte la responsabilité du ministère de la Santé, mais il se révèle féru de sports de combat interdits, qu’il pratique dans des lieux secrets une fois sa puce désactivée.
Chloé, elle même, se rend parfois dans des lieux de rendez-vous lesbiens. Quant à Oona, elle a accepté les avancées technologiques puisqu’elle a eu recours à un utérus artificiel.
Les clivages sont donc moins évidents qu’il n’y paraît entre les deux camps.
De même le jeune Pape, opposé à l’implantation de la puce, semble en fait être doté de ce dispositif comme le laisse subodorer sa maîtrise parfaite de multiples langues.

Quoiqu’il en soit, certains peuples ne veulent pas de compromis. Les musulmans intégristes souhaitent ainsi entrer en guerre et détruire ceux qui proposent la manipulation des êtres et leur interdisent l’accès à la religion.
Oona doit rejoindre ce mouvement de rébellion même si l’alternative entre la puce généralisée et le fanatisme religieux et anti-féministe n’est pas aisée pour elle. N’y aurait-il pas de choix autre que les fous de Dieu ou les êtres robotisés ?

Les autrices tranchent la question en optant pour une solution qui s’approche de l’artifice romanesque: l’intervention des extraterrestres !
Le monde doit se protéger contre une menace venue de l’extérieur comme chez H. G. Wells et tous les auteurs qu’il a inspirés. La « guerre des mondes » se profile à l’horizon et les maîtres du globe se rencontrent pour préparer la riposte comme dans un classique film américain.
Mais rien n’y fait. La » troisième intelligence » approche rapidement et prend le pouvoir, rend inopérante la puce et vaines toutes les technologies.
Pour résister à une « autre chose que l’humanité », il ne reste que « des hommes hagards, sans sagesse ni maturité ». Il est indispensable d’unir toutes leurs forces au-delà de ce qui les oppose.

CONCLUSION

La dystopie décrite par « Résistance 2050 » s’avérait prometteuse.
La puce, prévue à terme par Elon Musk et la Silicon Valley, s’est effectivement installée et a profondément remodelé les modes de vie.
L’affrontement entre les deux types de civilisation semblait inévitable et la description de l’avenir ouvrait des perspectives propres à enrichir les imaginaires.
Et puis… , les autrices renoncent à leur propos, invoquant un « deus ex machina » bien commode et ne concluent pas leur roman.
La thématique pourtant majeure, actuelle et fondamentale, n’est pas traitée jusqu’au bout et on ne saura pas comment le monde peut dépasser le conflit entre le transhumanisme et l’obscurantisme.

Et le lecteur, d’abord fasciné, referme le roman quelque peu frustré.

Autres livres chroniqués dans la même rubrique thématique

SENSIBILITÉS | Tania DE MONTAIGNE

Fable sur notre temps, écrite en hommage à Salman Rushdie, la dystopie légère de Tania de Montaigne caricature à peine le présent. Les "réviseurs de texte" sont déjà à l'œuvre et l'attitude Feel Good se généralise alors que le monde s'embrase et que la violence progresse. L'auteure, directement concernée par le sujet et impliquée par la démarche puisqu'elle a du...

Lire

PANORAMA | Lilia HASSAINE

Le roman dystopique "Panorama" s'inscrit dans l'air du temps. Lilia Hassaine, journaliste et jeune autrice de talent, s'attaque au "Mantra" de l'époque, la Transparence et à son corollaire, la fin de toute vie privée. Elle renoue ainsi avec la grande tradition de " la maison de verre ", thème traité par Zamiatine, Huxley, Rand, Frank et bien d'autres. Symbolisée par...

Lire

LA MARQUE | Frida ISBERG

Dans ce roman islandais, le contrôle social devient un contrôle psychologique. Dans une société restreinte et insulaire, chacun doit prouver sa sociabilité. L'autrice explore un nouveau type de clivage et de discrimination. Ce n'est plus l'âge, la naissance, la classe sociale, les caractères ethniques, la religion, la richesse, le sexe, les convictions politiques, la santé, l'intelligence, (tous ces critères qui...

Lire

L’EPIDEMIE | Asa ERICSDOTTER

Ce roman dystopique se situe dans un pays vierge de tout reproche apparent mais connu pour son passé hygiéniste. La Suède de l'autrice franchit le pas vers une de ses obsessions : la forme, le bien-être, la santé. Pour cela, il lui faut combattre l'ennemi d'où viennent tous les maux de la société, l'obésité. Publié en 2016, avant les pandémies...

Lire

LES BOUFFEURS ANONYMES | Marie ALINE

L'auteure, critique gastronomique renommée, centre d'abord son propos sur la cuisine, les addictions alimentaires, les nouvelles normes. Mais très vite, sa vision s'élargit et aborde l'exercice du pouvoir et ses dérives pour révéler des scènes déroutantes voire dérangeantes qui n'échappent pas toujours à une certaine complaisance. Cette dystopie culinaire est aussi une réflexion philosophique. Elle surprend, captive, interpelle et constitue...

Lire

CORPUS DELICTI, un procès | Juli ZEH

L’œuvre de J. Zeh, à l'écriture exigeante, prend une dimension très particulière dans les temps de pandémie traversés par la planète depuis 2020. Entre « Le meilleur des mondes » de A. Huxley, les sociétés sécuritaires asiatiques, les revendications toujours plus alarmistes des épidémiologistes en quête de pouvoir, CORPUS DELICTI annonce les dictatures sanitaires à venir.

Lire

LE PETIT POLEMISTE | Ilan DURAN COHEN

Dystopie ironique sur le monde qui vient, le roman de I. Duran Cohen n'hésite pas à forcer le trait et à revendiquer un ton satirique. Tous les engagements vertueux d'aujourd'hui, qu'ils témoignent du statut de la femme, des valeurs écologiques, de la place de l'animal sont devenus les cauchemars de demain.

Lire